Concepts

POSTUROLOGIE


ENCHAÎNEMENT MUSCULAIRE

Doctora Françoise Mézières 
Françoise Mézières

L’incroyable et géniale Françoise Mézières est une kinésithérapeute née le 18 juin 1909 à Hanoï, Vietnam, et morte en 1991. Elle inventa le concept des chaînes musculaires et de la méthode Mézières. L’enchaînement musculaire fait que plusieurs muscles fonctionnent comme un seul muscle.

Il est impossible de bouger un seul muscle. N’importe quel geste que nous faisons implique un groupe de muscles ; par conséquent, il est impossible de raccourcir ou d’étirer un seul muscle, ce qui fait que pour obtenir un étirement efficace, nous devons éloigner les extrémités de ces enchaînements musculaires.

Le travail que nous réalisons chez Kuraia se base sur ces connaissances et, avec de l’expérience et de l’humilité, nous essayons d’augmenter la richesse de ce legs.

NATURE MUSCULAIRE (l’importance de faire des étirements)

Nous allons essayer d’expliquer, avec les connaissances basiques que nous avons tous apprises vers l’âge de neuf ans à l’école, le travail que nous faisons dans la posture. Ces concepts que nous partageons tous nous aideront à comprendre l’importance de nous maintenir élastiques et symétriques.

Les muscles ont un comportement plastique et élastique et ils peuvent modifier leur longueur et leur grosseur. Seuls, ils ne pourraient pas se maintenir contre l’effet de la gravité, c’est pourquoi ils sont ancrés à une structure rigide comme le squelette. L’objectif du muscle est de soutenir le squelette contre l’effet de la gravité et de générer le mouvement, c’est pourquoi ils doivent s’ancrer aux os, concrètement aux différents os, pour que, en se contractant, leurs ancrages génèrent du mouvement en changeant la posture.
estiramiento gatoEn raison de leur nature plastique, ils peuvent se tonifier et augmenter leur volume, en générant un raccourcissement ou en rapprochant leurs ancrages, sans avoir à se contracter, et en restant ainsi jusqu’à ce qu’on les étire. Ceci modifie la posture, généralement en augmentant et/ou corrigeant des courbes naturelles et peut également provoquer des rotations et de l’asymétrie (c’est à dire que la musculature d’un côté du corps ne se comporte pas de la même façon que celle de l’autre côté).
pizarra_huesos

Lorsqu’ils s’ancrent à des os différents, les muscles (ils traversent presque tous une articulation), en se raccourcissant et, parfois, en se tonifiant, rapprochent les os qui confluent à l’articulation, en compromettant leur fonctionnalité. Si nous ajoutons à cela le facteur de la symétrie, il est très probable que les membres d’un côté et ceux de l’autre de l’articulation ne soient plus alignés. Comme c’est le cas des muscles qui ont leurs ancrages à des axes différents d’un côté et de l’autre de l’articulation, ils ont tendance, en raccourcissant, à laisser les ancrages d’un côté et de l’autre de l’articulation sur le même axe, en désalignant les membres que relie cette articulation.

La rigidité musculaire compromet la fonctionnalité du corps.

Étirer, l’art de permettre, en opposition au stress.

Le stress prépare la musculature pour réduire le temps de réaction au minimum, ce qui se traduit par le maintient d’une légère, voire imperceptible, tension musculaire qui se maintient dans tous les enchaînements.

Si le stress raccourcit le muscle, nous devons nous en débarrasser pour pouvoir étirer, c’est à dire éloigner deux points. C’est le même processus que lorsque nous étirons une chose quelconque élastique (un chewing-gum, un élastique).

L’étirement est une dure épreuve pour le cerveau, car il ressent le besoin de se défendre contre une sensation intense. Si l’on veut étirer, il faut passer par la relaxation et surmonter la résistance du cerveau, en augmentant la permissivité aux sensations physiques intenses.

BIOMAGNÉTISME


Nous travaillons la théorie de la paire biomagnétique, du formidable docteur Isaac Goiz Durán, au moyen de laquelle nous cherchons à assurer l’équilibre du PH du corps à l’aide d’aimants. L’objectif du biomagnétisme est d’améliorer la santé. Cependant, au centre Kuraia, nous avons observé, en tant que posturologues, que les déséquilibres du PH activent les systèmes de stress en maintenant les tensions musculaires continues et inconscientes, en plus d’une asymétrie.

 

C’est à dire que lorsqu’un organisme vivant se sent attaqué, harcelé ou maltraité (altération du PH), il a tendance à maintenir une tension musculaire globale et continue comme méthode de défense jusqu’à ce que la cause du malaise disparaisse.

Jusqu’à présent, dans le domaine de la posturologie, nous savions qu’une personne atteinte de la grippe peut maintenir son élasticité mais ne peut pas l’augmenter, en raison de la tendance des muscles à se contracter et à se raccourcir, tant que le virus se trouve à l’intérieur de l’organisme.

Précisément, dans la plupart des foyers de déséquilibre du PH, sont logés des pathogènes que le corps perçoit comme des attaques, et génère un raccourcissement musculaire de tous les enchaînements qui les traversent ou bien dans l’ensemble du costume musculaire (concept que nous utilisons lorsque nous parlons de l’ensemble des enchaînements musculaires). En résumé, chez Kuraia, nous utilisons essentiellement la paire magnétique pour que la personne cesse de se « serrer », de se contracter inconsciemment, afin de permettre, de favoriser et d’emphatiser le travail postural ultérieur.

Doctor Isaac Goiz Durán 
Doctor Isaac Goiz Durán

En définitive, le fait d’avoir un point de déréglage de PH fait que nous réagissions comme si on nous pinçait, et que nous nous pliions avec tout le corps sur le point de douleur, de tension, d’hostilité, d’attaque.

Chez Kuraia, nous aimerions trouver un patron postural biomagnétique, tout comme nous l’avons fait avec les méridiens de la médecine traditionnelle chinoise, en travaillant conjointement avec des acupuncteurs.

Avec le biomagnétisme, seul le temps le dira et il ne reste qu’à l’espérer, humblement.

SYMÉTRIE


Si l’on prend comme référence le dessin de l’Homme de Vitruve de Léonard de Vinci (dessin basé sur le nombre d’or), nous pouvons observer comment dans la structure ou le dessin original humain, il y a une distribution égale des masses, des volumes et des longueurs, aussi bien d’un côté que de l’autre de l’axe de gravité, qui se trouve au centre même de la structure.

 

Comme dans un édifice qui, pour lutter contre la gravité, a besoin d’une base symétrique sur laquelle il doit consolider une masse symétrique. Toute structure qui perd cette condition génère une tension qui permet d’éviter le collapsus de ladite structure ou sa tendance à s’effondrer, en raison de la force verticale de la gravité.

Le corps humain est accompagné d’un cerveau très intelligent, qui calcule constamment la tension nécessaire pour que l’axe de gravité reste focalisé sur le corps et soit une structure qui ne collapse pas face à la gravité (force verticale qui a de l’incidence sur tous de la même façon).
vitruvio-2

Comme nous l’avons déjà vu, des raccourcissements d’enchaînements musculaires asymétriques se produisent, ce qui fait que, à un autre endroit de la structure, quelque chose est soumise à une tension inhabituelle (contractures), provoquant alors dans le corps une lutte ente les raccourcissements et les contractures qui le soutiennent, pour voir qui déplace une plus grande partie de corps osseux.

Chez Kuraia nous n’enlevons pas une contracture sans préalablement savoir quelle est son origine ou pourquoi elle s’est produite. Si nous commençons par enlever une contracture c’est comme si nous disions au cerveau: « toi, tu ne sais pas ce que tu fais », c’est pourquoi, en enlevant cette contracture, on enlève aussi ce qu’elle fixe ou soutient. Ceci permet à l’enchaînement en cours de raccourcissement de se raccourcir encore plus et de déplacer ainsi un plus grand nombre de corps osseux, en altérant la posture de façon erronée et en sortant du dessin original.

Par chance, étant donné qu’il est déterminé (Homme de Vitruve, de De Vinci) par une formule mathématique qui se trouve dans toute la nature et qui est recueillie dans notre ADN, nous avons comme allié le fait que chaque cellule de notre corps l’incorpore et le reconnaît. Nous n’inventons pas de nouvelles postures, parce que la posture humaine est le résultat de 20 millions d’années d’évolution. Imbattable.

En fait, la plupart des personnes qui viennent à notre centre se plaignent de contractures, à la suite de raccourcissements musculaires, qui, bien qu’ils ne fassent pas mal, ils nous font subir leurs conséquences (soit visuellement, en percevant l’altération posturale, soit au tact, en sentant les contractures et les rigidités probablement générées par le côté « contraire » de la structure ou en opposition au raccourcissement).

La scoliose est l’une des pires postures et nous aimons nous en occuper en raison justement de sa complexité

 

SPORT


En maintenant le dessin original du corps, nous pouvons soumettre la structure à un stress supplémentaire sans provoquer de dommage. Que préférez-vous : une Ferrari avec une roue plus petite ou différente (asymétrique) ou une Ford avec les quatre roues pareilles (symétrique) ?

 

Beaucoup de sportifs décident de placer sur cette voiture asymétrique un turbo, un aileron et forcer encore plus la machine, croyant que cela s’améliorera. Mais la réalité est qu’ils sont en train de soumettre une structure qui tend vers le collapsus à un stress pour lequel elle n’est pas conçue. En tonifiant davantage, on ne parvient pas à retrouver le dessin original du corps. Ce n’est qu’en restant dans le dessin original du corps que nous pouvons utiliser 100% de la fonctionnalité du corps. Un sportif doit impérativement savoir faire son entretien musculaire basique, afin de maintenir une élasticité globale minimale et une symétrie pour pouvoir conserver le dessin original, (et maintenir l’axe de gravité au centre du corps).

ACUPUNCTURE


Nous avons déjà vu le rapport entre les enchaînements musculaires et les méridiens. En fait, tous les méridiens passent à travers des enchaînements musculaires et vice-versa. La libération d’un méridien permet à l’enchaînement qui le traverse de faire un meilleur travail. Nous travaillons avec de l’électrostimulation et de la lumière infrarouge sur ces points, afin de permettre à ceux qui craignent les aiguilles de recevoir leur traitement d’acupuncture sans l’utilisation de celles-ci.

 

DIEN CHAN


Fasciathérapie avancée vietnamienne créée par le docteur Bùi Quốc Châu, qui a découvert différents schémas de réflexion pouvant être stimulés à partir du visage, et apportant des bienfaits physiques et psychologiques intéressants.

 

En appuyant sur différents points BQC découverts par le docteur, nous stimulons la partie du cerveau qui agit sur notre zone du corps à traiter.
dien_chan2Chez Kuraia, nous utilisons cette technique en raison de ses effets démontrés sur des points de douleur, en favorisant ainsi notre objectif d’augmentation de l’élasticité et de symétrie.

SOUPIR


Chez Kuraia, nous apportons et apprenons à utiliser les outils nécessaires pour atteindre l’état mental optimal pour tout changement musculaire.

 

Le soupir, la respiration du changement.

Le soupir est aussi innocent qu’exigeant. On dirait qu’il s’agit simplement d’expulser de l’air, mais si cela en est réellement un, le soupir impliquera abandon, acceptation, manque d’envie de résister ou de contrôler la sensation (le présent).

Le soupir veut qu’il n’y ait aucune contraction musculaire inconsciente ni d’état de pensée constant ou en boucle. C’est à dire, que lorsque le corps est serré, tendu, et que la tête est en train de penser, il est difficile de soupirer et d’étirer.

Disons que le stress n’est pas notre allié au moment d’étirer, de favoriser un changement dans notre corps, notre vie…

Le stress n’est pas mauvais. Nous sommes loin d’imaginer le nombre de fois qu’il nous a sauvé la vie. Cependant, un état de stress prolongé nous expose davantage aux accidents et à une mauvaise santé.

Ce serait merveilleux de pouvoir « contrôler » le moment de l’activer. Par exemple, le stress ne prépare le corps que pour échapper à un tigre (question de survivance) et nous l’activons pour ce qui est de l’émotionnel (imaginez ce que cela suppose) ; lorsque nous arrivons en retard chez le dentiste ou lorsque nous regardons un film d’action… pourraient être d’autres situations.

Pour commencer, le soupir fait disparaître le stress. Et, pour un bref instant, il génère le type d’ondes cérébrales (endormi, en méditation) qui vous donnent accès à votre lobe frontal, là où l’on dit que se génère la volonté). Ainsi, nous pouvons matérialiser notre volonté, permettant ainsi un changement dans le corps, en l’occurrence un étirement (c’est à dire que deux points s’éloignent). Le stress pourrait nous priver de nos meilleures armes pour évoluer en tant qu’espèce, étant donné qu’il n’utilise que les parties les plus primitives de notre cerveau.